Rui Gonçalves
Cabinet de Thérapies Brèves

Nous appeler :

Changer pour être mieux

Rui Gonçalves
Cabinet de Thérapies Brèves

Les cinq sources d’énergie vitale et de perte du poids

Pédagogie du changement

Mr Rui Gonçalves,

psychopraticien spécialisé en thérapies brèves :

Hypnose Ericksonienne, Programmation neurolinguistique, Thérapie systémique intégrative,

Deep Neural Repatterning.

Après plusieurs années d’accompagnement dans la perte de poids, entre autre avec ma spécialité de l’anneau gastrique hypnotique, j’ai pu observer chez les personnes qui viennent me voir un certain nombre de points communs :

- ces personnes sont déjà très expérimentées et ont suivi un parcours de perte de poids assez chaotique,

- la dispersion et le manque de cohérence de leurs régimes plus ou moins appropriés, avec des résultats très hétéroclites,

- les vieilles recettes qui fonctionnent difficilement, la qualité des aliments n’étant plus favorable ou certaines habitudes restant malgré les tentatives de changement,

- le sport est souvent difficile à mettre en application de manière régulière et assidue.

 

Chacun, chacune, y va de sa théorie et selon son expérience et ses rencontres, avec des spécialistes, par des lectures de livres ou de visionnage de vidéo, les discours sont très divers, bien sûr, mais surtout très incomplets. Plusieurs facteurs clés sont abordés mais rarement tous.

1. L’énergie vitale, l’enjeu principal.

Afin d’organiser et d’y voir plus clair dans le processus de perte de poids, il est important de prendre en compte les différents aspects.

En effet, la liste de tout ce qui entre en ligne de compte est longue, très longue. Et si l’on souhaite être exhaustif, c’est vers le médecin qu’il faut se tourner. Mais l’approche que je propose donne une vision globale, synthétique, qui permet d’appréhender facilement les enjeux principaux et de comprendre comment trouver l’équilibre plus simplement.

Pour comprendre quels sont les enjeux importants de l’alimentation et a fortiori de la perte de poids, il est nécessaire de les resituer dans ce qui se joue en prenant de la hauteur pour voir : à quoi sert de manger ?

La réponse est évidente mais il est nécessaire de le dire : manger sert d’abord et avant tout à faire vivre son corps. Prendre des aliments a pour fonction fondamentale de donner de l’énergie vitale pour que le corps soit actif.

Or, il se trouve que la graisse est précisément de l’énergie stockée en attente d’être utilisée, ce qui ne peut tout simplement pas arriver ! Car nous continuons d’apporter encore et encore au corps des aliments hautement énergétiques. Et pas seulement les aliments, les boissons également.

Mais plus fondamentalement, l’enjeu se situe sur le rapport entrée-sortie de l’énergie vitale. Ce que nous consommons, d’un côté, et les dépenses énergétiques du corps, de l’autre. Or, nous pouvons nous rendre compte que ce circuit d’énergie vitale a plusieurs points d’entrée et de sortie, au-delà des aliments et boissons.

2. Les quatre premières sources d’énergie vitale.

a. Les aliments

Le constat est donc simple, si vous ne mangez pas, vous mourrez. Pas tout de suite, certes, mais à terme cela finira par arriver. Pas tout de suite veut dire dans plusieurs semaines ; bien au-delà des idées préconçues, il est possible de tenir longtemps sans manger.

Les grèves de la faim, notamment pour raisons politiques, nous montrent que des personnes peuvent dépasser les 70 jours, soit plus de deux mois. Des records s’établissent après 100 jours (plus de trois mois) et même pouvant aller jusqu’à plus de 200.

Toutefois, cela permet de relativiser les durées et comprendre que le corps est capable d’endurer des privations importantes. Cela n’allant pas dans ces cas extrêmes sans séquelles, il faut comprendre de cette information que si vous jeûnez un jour ou une semaine, non seulement c’est tout à fait possible mais cela n’aura pas de conséquences fâcheuses.

b. L'eau

Il y a aussi d’autres sources d’énergie, comme l’eau. Là aussi, vous pouvez observer que si vous cessez de boire, vous mourrez plus vite, en quelques jours. Les 3 jours annoncés sont également dépassés par les tenants des records en la matière. Le maximum connu est de 18 jours, soit six fois plus, en ayant survécu. Là encore les risques pour la santé sont considérables. L’important étant de retenir que le corps est souple et sait s’adapter.

L’eau c’est la vie, comme il est dit souvent. Notre corps en en étant constitué à 70%, elle est une source d’énergie incontournable pour notre bon fonctionnement. D’où l’importance de s’approvisionner en eau véritable et éviter les adjonctions nocives en sucres et en gaz. Assurez-vous que l’eau bue est de bonne qualité et dégagée de tout apport indésirable. Sur les bouteilles il est fait mention des résidus en mg après ébullition à 180°, les plus bas scores étant préférables.

c. L’oxygène

Une autre source importante d’énergie est l’air. Cessez de respirer et voyez le résultat. Passé plusieurs minutes, vous mourrez. Là encore il est possible de dépasser les 3 minutes théoriques, bien que tenir 3 minutes ne soit pas à la portée de tout le monde. Néanmoins le record s’établit à 11 minutes et quelques. Vous avez donc de la marge.

La respiration est un point d’entrée important. Non seulement, il vous faut de l’air, aspect quantitatif, mais il est nécessaire que cet air vous arrive de la bonne manière, aspect qualitatif. C’est-à-dire que la façon dont vous respirez est primordiale car elle assure la meilleure oxygénation. Bien respirer permet d’obtenir deux résultats importants.

Le premier est, par le renouvellement d’oxygène, une évacuation des toxines du corps. Or, le corps qui n’évacue pas ses toxines les stocke. Et pour s’en protéger, le corps entoure ces toxines d’une couche graisseuse, afin de ne pas être pollué. Il procède de manière simple, il fait son petit sac poubelle de graisse en attendant de les jeter!

Quand les différentes voies d’élimination (urine, selles, sudation et gaz carbonique) ne sont pas assez efficaces car surchargées de toxines, alors il y a ce stockage que nous connaissons bien (ventre, hanches, etc.). D’où l’importance du sport qui va brûler la graisse et amplifier l’évacuation des toxines. S’activer physiquement fait respirer plus fortement et profondément, fait transpirer et circuler la lymphe. Ces trois moyens augmentent l’évacuation des déchets.

Le second point important de bien respirer c’est que cela favorise le calme. Faire baisser le niveau de stress grâce au calme qu’une respiration profonde et longue permet, a pour avantage principal de cesser la production de cortisol. C’est cette hormone que le stress fabrique qui, comme la cortisone (le médicament), fait gonfler le corps. De fait, en état de stress, notre respiration est très courte et se limite à la partie haute du thorax. La respiration ventrale permet donc d’amener la détente et le calme dans le corps, et favoriser la perte de poids.

d. La lumière et le sommeil

Une autre source d’énergie importante est la lumière. La lumière naturelle, celle du soleil. A ce niveau nous fonctionnons comme les plantes. Notre manière humaine de photosynthèse, en quelque sorte, en synthétisant la vitamine D. Ce type de vitamines participe à notre défense immunitaire et nous aide à passer les obscurs mois de l’automne-hiver.

Et puis, cela entre fortement en jeu dans le maintien de notre bonne humeur, par la régulation hormonale du cycle circadien. C’est-à-dire du cycle de la veille et du sommeil, le jour et la nuit. En effet, le corps va fabriquer des hormones pour le jour et nous permettre d’être éveillés et des hormones pour la nuit et nous permettre de dormir. A condition de respecter ce cycle !

En effet, la lumière artificielle, et maintenant encore plus avec les LED, nous maintient éveillés hors des cycles naturels. Ce qui nous permet d’être plus actifs plus longtemps, et accessoirement plus productifs, si l’on ne reste pas bloqué sur son smartphone ou autre écran… Ces hormones ont donc un impact important sur notre humeur car lorsqu’on se trouve en déficit de sommeil, le corps est en manque d’énergie et se retrouve en état de stress.

Respecter les heures de lumière le jour avec une bonne exposition pour bénéficier au mieux de notre photosynthèse et dormir son comptant d’heures la nuit va permettre un renouvellement optimal de l’énergie et maintenir le corps sans stress, et donc sans cortisol. Bien dormir permet de bien maigrir.

e. Les quatre éléments

Jusqu’à présent nous avons vu les 4 sources naturelles d’énergies qui regroupent tous les moyens matériels pour un apport, un maintient et un renouvellement de l’énergie vitale. Nous pouvons les mettre en parallèle avec les 4 éléments traditionnels symboliques. Ces éléments sont connus depuis l’antiquité comme le feu, l’eau, l’air et la terre. Nous pouvons nous amuser à les organiser selon les sources d’énergie vitale.

Ainsi, cela donne pour les plus évidents, la boisson pour l’élément eau, et la respiration pour l’élément air. Ensuite, les aliments, puisqu’ils sont cultivés et sont les produits de la terre, ils sont donc en lien avec l’élément terre. Enfin, de manière plus subtile, et pour compléter ce tableau à ce stade, le cycle circadien (veille et sommeil) étant activé par le cycle du jour et de la nuit, c’est-à-dire du rythme du soleil, nous pouvons lui attribuer l’élément feu. Feu du soleil qui génère chaleur et lumière.

3. L’amour, la cinquième source d’énergie vitale.

Traditionnellement, le cinquième élément, autrement appelé quintessence, est l’éther, c’est-à-dire le plan subtil entre les éléments matériels qui les informe et leur donne forme. Symboliquement, il représente le contenant-source, interface entre la matière et l’esprit (la conscience). Contenu par l’esprit, il contient la matière. Il est donc aussi et surtout l’espace qui accueille et relie entre eux les autres éléments. Ces caractéristiques sont importantes car ce sont là les caractéristiques de l’énergie la plus fondamentale qui maintient la cohésion et l’attractivité, celles de l’Amour !

Comme dans le film éponyme, le cinquième élément renvoie à l’énergie de l’amour, du lien entre les personnes, ce qui constitue le tissu social humain et permet la survie de l’individu par et dans le groupe. Cette énergie amour se vit entre humains en tant que sentiment amour, constitutif du développement naturel et attendu chez l’enfant, du nourrisson à l’adolescent. Et, il organise et met en mouvement les fonctionnements psychiques dans les interrelations des personnes, que l'on retrouve dans les dynamiques anthropologiques et sociétales.

L’enjeu principal de cette énergie amour, qui relie les êtres, est fondamentalement leur survie. Sans affection, ni attention aimante, bienveillante, voire maternante, le petit de l’homme se laisse mourir. A l’issue de la Grande Guerre, la doctrine médicale sur la relation aux nourrissons et orphelins de guerre, était d’apporter les soins nécessaires sans marque d’affection pour qu’ils ne s’attachent pas aux infirmières et ne souffrent pas de la séparation à venir. Faute de lien aimant, le taux de mortalité chez ces nourrissons était extrêmement élevé, les bébés se laissant littéralement mourir.

De même, chez la personne âgée seule, l’espérance de vie baisse très rapidement. Le temps restant-à-vivre chez la personne seule se réduit d’environ 50%, avec un taux de mortalité plus élevé encore que la personne en obésité. On peut donc comprendre que bien qu’à défaut de passer du temps ensemble, le manque d’affection, d’attention, de présence d’un autre, tout simplement de relation, fini par faire dépérir. Voilà pourquoi cette dernière et cinquième source d’énergie est vitale.

Et elle est nécessairement la quintessence des quatre autres, l’éther qui contient et informe les autres éléments. En effet, elle est celle par lesquels ces autres éléments apportent l’énergie matérielle et vitale en harmonisant dans un vécu émotionnel subjectif.

Manger des aliments n’est donc pas qu’une démarche mécanique pour réapprovisionner son corps en protéines, glucides, lipides, oligo-éléments, minéraux et vitamines.

C’est aussi, et souvent même, avant tout un moment de partage et de convivialité de relations humaines et festives ! De grands rites sociétaux, fondements culturels des civilisations humaines, s’appuient sur l’alimentation, jouent leurs rôles cohésifs par l’alimentation. Des repas pantagruéliques viennent, au-delà des stricts besoins nutritionnels, souder les membres de groupes entiers en vue de se sentir appartenir à l’ensemble, de se reconnaitre identitairement.

Ce qui est vrai pour l’alimentation, l’est également pour la boisson. Bien que l’on puisse s’enivrer de nourriture, ce sont les boissons fortes qui remplissent essentiellement ce rôle dont le but est de pouvoir dépasser les barrières sociales des conventions du bien se tenir et accéder ainsi aux sentiments authentiques de la personne, même s’ils peuvent révéler un visage tout autre. Pouvoir se sentir à l’aise dans le groupe pour déposer le masque renforce, bien que pas toujours, la proximité des relations et la densité du lien émotionnel.

Et de même, respirer ensemble le même air vicié du tabac dans les espaces fumeurs favorise les rapprochements et les accointances. Ou bien pratiquer des activités physiques ensemble, que ce soit des sports collectifs ou individuels, ou autres types de pratiques comme  le yoga, par exemple, contribuent au même résultat. La méditation, une pratique solitaire par excellence, se fait aussi en groupe. Tout cela pour montrer qu’au travers de ces pratiques réalisées en groupe a bien d’autres bénéfices émotionnels que le bien physique initial.

Enfin, les vagues de vacanciers sur la plage qui prennent le soleil, nous permet de voir que tous les types d’apport en énergie vitale sont concernés par la dimension des relations humaines, qui les incluent et les informent. Être en lien chez l’humain joue un rôle primordial, dont les quatre autres éléments sont des parties strictement nécessaires mais dont l’enjeu reste bien collectif. Vous avez besoin de ces cinq éléments pour vivre votre vie de manière équilibrée dans votre corps.

4. Un programme pour être à l’écoute de son corps.

Partant de ces constats, nous pouvons en tirer des apprentissages pertinents pour comprendre comment tous ces éléments interagissent les uns avec les autres. Nous pouvons en déduire que nous avons besoin de revenir aux fondamentaux de la vie pour que notre corps retrouve l’équilibre dont il a besoin pour fonctionner optimalement. Ainsi, c’est lui qui va nous guider en nous indiquant naturellement ce dont il a besoin.

C’est cette reconnexion au corps qui devient dès lors l’objectif principal pour s’assurer d’avoir les meilleures conditions naturelles pour que celui-ci s’ajuste à sa forme et son poids initialement prévu. Prendre en compte les signaux corporels qui vont nous permettre de réponde avec attention et minutie à nos besoins vitaux, devient la feuille de route de la bonne santé et d’un poids idéal retrouvé !

Respirer optimalement par la respiration ventrale et ainsi optimiser son oxygénation, profiter au mieux de la lumière du jour et la chaleur du soleil et ainsi favoriser des nuits de sommeil ressourçantes, boire de l’eau pure et manger des aliments sains en quantité appropriée font partie de ce que tout le monde sait devoir faire pour une vie et un corps équilibrés et sains. Le cœur de ce processus est dans l’estime de soi et le rapport aux autres, ce 5ème élément fait le lien et intègre l’ensemble de manière harmonieuse et efficace.

Ceci m’a permis de développer un programme d’accompagnement simple d'une dizaine de séances qui repose sur les trois piliers du bien vivre. Il y a un enchainement logique entre bien dormir, bien se dépenser et bien s’alimenter. Ces trois piliers se construisent par une attention et une organisation du rythme de vie au quotidien. Une fois ces habitudes installées, elle deviennent une façon de vivre qui ne demande plus aucun effort, juste du plaisir.

Bien évidemment, si le programme est simple, il n’est pas toujours pour autant facile à suivre. J’ai pu ainsi accompagner un certain nombre de personnes à traiter et dépasser leurs  blessures affectives et les croyances limitantes, qui sont les obstacles qui empêchent d’appliquer ces principes universels. C’est typiquement un travail en thérapies brèves sur l’estime de soi entre autres, qui le permet. Lors des séances individuelles nous pouvons aller en profondeur pour traiter les problématiques émotionnelles qui pourraient entraver le processus naturel du corps à retrouver son poids santé et sa vitalité.

Le fil conducteur est la reconnexion au corps. Revenir dans son corps, lui donner sa juste place et entretenir un rapport satisfaisant et bienveillant avec lui sont les étapes nécessaires pour atteindre nos objectifs de bien-être et de vie légère et agréable. Votre corps sait ce dont il a besoin, apprenez à l’écouter pour mieux le respecter. Il vous le rendra au centuple!

Si vous êtes intéressé par ce programme, vous pouvez me contactez au 06.98.42.93.19.

A bientôt,

Rui Gonçalves


Articles similaires

Réalisation & référencement Simplébo

Connexion

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'installation et l'utilisation de cookies sur votre poste, notamment à des fins d'analyse d'audience, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée.